Epargne

Les Clés pour organiser son épargne

Les Clés pour organiser son épargne

Avant d’épargner, il est essentiel de faire un point sur sa situation et ses objectifs.

Une épargne sera adaptée et optimisée si elle répond à :

1) Vos besoins

2) Vos objectifs

3) La durée envisagée que vous vous êtes fixée

Voici quelques conseils pour vous aider à organiser votre épargne,

Maîtrisez votre budget

Afin d’optimiser son placement, il est nécessaire de se dégager une vraie capacité d’épargne.
Il est donc important d’équilibrer ses ressources et ses dépenses.

Gérer son budget et prévoir une épargne régulière et/ou ponctuelle est l’assurance de tenir le cap dans la durée pour capitaliser et faire fructifier son épargne.

Constituez-vous une épargne de précaution

Pour faire face aux imprévus (achats de la vie courante, réparations, maladie, loisirs…), une épargne disponible à tout moment et sans risque est indispensable.

Les livrets bancaires (livret A, Livret jeune, Livret de développement durable…) répondent en tout point à ce besoin.

Le livret A est le livret bancaire le plus populaire. Son taux de rendement net (pas de prélèvements sociaux) a été maintenu à 0,5% au 1er février 2021 et est plafonné à 22 950€. Il est exonéré d’impôt. Si cette épargne est sans risque et disponible à tout moment, elle entre dans la succession.

Cette épargne de précaution fera office de trésorerie et sera l’épargne à utiliser en priorité en cas de besoin.

Définissez vos projets

A chaque projet correspond une épargne !

Définir son projet permet d’estimer le montant d’épargne nécessaire pour le financer :

a) Réparer sa chaudière ; Réparer sa voiture ; Remplacer sa machine à laver…

b) Acheter sa résidence principale ; Financer les études de ses enfants ; Faire le tour du monde en camping-car…

c) Préparer sa retraite…

Déterminez la durée pendant laquelle vous n’aurez pas besoin de cet argent

Définir la durée de son placement, c’est fixer le terme de son épargne.

< à 3 ans : Horizon de placement à court terme (épargne de précaution : livrets bancaires…)

3-10 ans : Horizon de placement à moyen terme (Assurance vie, PEA, PEL…)

> à 10 ans : Horizon de placement à long terme (Plan d’épargne Retraite, Immobilier…)

Le choix du produit d’épargne dépendra du montant à financer, de la durée et du terme de votre investissement.

Délimitez votre tolérance au risque

a) Vous êtes joueur et vous aimez le risque :
Vous êtes prêt à perdre tout ou partie de votre investissement initial pour obtenir un meilleur rendement

b) Vous êtes prudent et prendre des risques vous effraie :
Vous préférez un investissement sans risque où votre capital est garanti même si la performance est plus faible

Attention, la prise de risque est plutôt envisagée pour un placement à long terme. Les chances d’obtenir un meilleur rendement seront également plus fortes. Pour limiter le risque et espérer un meilleur rendement, il sera également important de diversifier son épargne.

C’est à vous !

Vous possédez les clés pour organiser votre épargne et la faire fructifier selon votre capacité d’épargne, vos projets, votre horizon de placement et votre capacité à supporter du risque.

Vous préférez bénéficier d’une expertise et disposer des solutions parmi nos partenaires,

En savoir plus

Lire la suite
Retraite des indépendants : comment bien la préparer ?

Retraite des indépendants : comment bien la préparer ?

Vous êtes commerçant, artisan, profession libérale, micro-entrepreneur, dirigeant ou associé (non assimilé-salarié) …Avez-vous déjà réfléchi à votre retraite ? 

Le régime de retraite des travailleurs non-salariés reste en effet moins avantageux que celui des salariés, notamment sur la retraite complémentaire. Quel que soit votre âge ou votre secteur d’activité, il est donc primordial d’anticiper au maximum votre retraite afin de vous garantir une pension suffisante. Alors comment fonctionne la retraite des indépendants et pourquoi n’est telle pas suffisante ? Quelles sont les solutions ?

Pourquoi est-ce important de préparer sa retraite quand on est indépendant ? 

Fonctionnement de la retraite des indépendants : quelques rappels

La retraite de base

Comme les salariés, le travailleur indépendant cotise à un régime de base obligatoire. Depuis la fin du RSI en 2018, ce régime est géré par la Sécurité Sociale des Indépendants (SSI), intégrée au régime général de la Sécurité Sociale. Outre la retraite, elle garantit également aux travailleurs non-salariés le droit aux prestations d’assurance invalidité et décès.

Le calcul de la pension s’effectue sur le même principe que pour les salariés. Le montant dépendra des revenus et du nombre de trimestres cotisés.

Quelques exceptions :

– Professions libérales cotisant à la CNAVPL(Caisse nationale vieillesse des professions libérales) : infirmiers, kinésithérapeute, experts-comptables, pharmaciens, etc. Ils bénéficient d’un régime particulier avec un calcul par point (et non par trimestres).

– Les avocats dépendent de la CNBF et sont soumis à un autre système de calcul. Leur retraite de base n’est pas calculée selon leurs revenus mais correspond à un montant forfaitaire annuel (17 255 € en 2021). Ce dernier sera réduit si l’âge légal de départ en retraite n’est pas atteint ou s’il manque des années de cotisations.

La retraite complémentaire 

En tant que travailleur indépendant, vous cotisez également à une caisse complémentaire :

– La retraite complémentaire des indépendants (RCI)

– Ou à l’une des 12 caisses rattachées à votre profession pour les libéraux.

Il s’agit d’une retraite par points et non par trimestre comme pour la retraite de base.

A noter que les avocats sont également soumis à ce système à points.

Une pension de retraite insuffisante : 30% à 50% de votre dernier revenu d’activité

Le régime de base est identique dans son principe et son calcul pour les salariés et les indépendants. En revanche, la retraite complémentaire des indépendants est moins avantageuse.

Son fonctionnement général est similaire à celle des salariés, en particulier par le calcul par points.

Mais les taux et les assiettes sont différents. Plus bas que ceux des salariés, ils entrainent donc des pensions moins élevées.

Au final, votre pension de retraite représente seulement 30% à 50% du dernier revenu d’activité.

Pour maintenir votre niveau de vie, il est donc primordial d’anticiper et de préparer votre retraite pour améliorer votre future pension. Mais comment faire ?

Les solutions pour préparer sa retraite d’indépendant

Plusieurs possibilités existent pour préparer votre retraite. L’objectif est de prévoir une retraite supplémentaire par le biais de placements ou investissements. Voici quelques pistes.

Épargnes et placements 

Assurance-vie 

Ce placement est toujours autant plébiscité par les Français. Le mois de Janvier 2021 a vu bondir les cotisations de +13% par rapport à Janvier 2020 (source : fédération française assurance).

Il est vrai que l’assurance-vie est un excellent moyen d’épargner mais également de préparer sa retraite.

Parmi ses principaux avantages :

– Argent disponible à tout moment

– Souplesse d’utilisation (retraite, études des enfants…)

– Souplesse de versement (réguliers, ponctuels…)

– Fiscalité avantageuse.

– Outil de transmission du patrimoine

(Lire aussi : l’assurance vie, le placement préféré des Français.)

Plan d’Épargne Retraite Individuel (PER) 

Le PER est un placement à long terme, spécifiquement prévu pour la retraite. Il est alimenté par des cotisations volontaires de votre part pendant votre vie active. Au moment de la retraite vous pouvez alors bénéficier :

– Soit d’une rente

– Soit d’un capital

– Ou d’une combinaison des deux

En principe, l’argent placé est bloqué jusqu’à la retraite. Quelques cas de déblocages anticipés sont néanmoins prévus : invalidité, décès de l’époux ou de l’épouse, fin de droits chômage, surendettement, acquisition résidence principale, cessation d’une activité non salariée (suite à un jugement de liquidation judiciaire).

Coté fiscalité, vous pouvez déduire les sommes versées de vos revenus imposables dans la limite d’un certain plafond.

Quant à l’imposition de la somme perçue à la retraite, elle dépendra si vous avez déduits vos versements de votre revenu imposable et s’il s’agit d’une rente ou d’un capital. Il sera important de vous faire accompagner pour trouver la meilleure solution afin d’optimiser l’impact fiscal.

A noter que le PERIN (Plan d’Epargne Retraite Individuel) remplace l’ancien PERP et les contrats Madelin. SI vous avez une épargne sur ces derniers, les sommes concernées peuvent être transférées à votre demande sur le PER individuel.

(Lire aussi : Préparer sa retraite avec le nouveau PER.)

Investissement immobilier 

Devenir propriétaire d’un bien immobilier est également un bon moyen de préparer votre retraite. Acquérir sa résidence principale vous garantit un toit et compense la baisse de revenu au moment de la retraite.

Vous pouvez également vous constituer un complément de revenus par des achats de biens immobiliers destinés à la location.

Le contexte actuel est par ailleurs favorable avec des taux d’intérêts historiquement bas et la possibilité de recourir à l’assurance emprunteur de votre choix.

(Lire aussi : Assurance emprunteur.)

Indépendants, il existe également d’autres solutions pour préparer votre retraite. Vous souhaitez en savoir plus ? être conseillé et accompagné ? N’hésitez pas à me contacter.

Demander mon Bilan retraite

Lire la suite
Une solution pour diversifier votre épargne :  Le Produit Structuré

Une solution pour diversifier votre épargne : Le Produit Structuré

Le produit structuré est un produit financier conçu pour dynamiser l’épargne. Il est accessible via un contrat d’assurance vie, un contrat de capitalisation ou un compte-titre.
Emis par une banque, il propose un investissement opportuniste en unités de compte parmi les plus innovants du marché tout en offrant certains avantages aux investisseurs.

Le produit structuré vise la protection du capital investi et un profil rendement/risque optimisé.

Considéré comme une véritable alternative à des placements financiers traditionnels, il constitue une classe d’actifs à part entière et permet à chaque investisseur de bénéficier d’une formule contractuelle et d’une forte visibilité sur des critères d’investissement essentiels comme :

– La durée maximale d’investissement connue

– Le rendement espéré du produit prédéfini

– Le risque de perte en capital compréhensible dès le lancement

Exemple :

Produit structuré

3 Critères sont à prendre en compte lors d’un investissement sur un produit structuré :

– Le niveau de sécurité

– Le rendement potentiel

– Les conditions de remboursements

Comment fonctionne un produit structuré ?

Lorsque vous investissez sur les marchés financiers et qu’ils baissent, vous subissez une perte en capital s’ils ne remontent pas.

La différence avec les produits structurés, c’est qu’ils intègrent un mécanisme de remboursement qui garantit la restitution du capital investi jusqu’à un certain seuil de baisse défini contractuellement.

Ce qu’il faut retenir :

– Si les marchés financiers baissent au-delà du seuil fixé contractuellement (ex : – 50%) à l’échéance (durée fixée contractuellement) :
Vous subissez une perte en capital qui peut être partielle ou totale.

– Si les marchés financiers baissent longtemps mais dans la baisse autorisée :
Vous récupérez au minimum votre capital investi et dans certains cas un rendement minimum.

– Si les marchés financiers sont stables ou à la hausse dans le temps autorisé :
Vous récupérez votre capital investi et un rendement annuel garanti.

Le produit structuré est ainsi un bon compromis pour se familiariser avec la bourse, avec un filet de sécurité !

Il offre des performances attractives avec souvent un ticket minimum faible, un objectif de gain annuel compris entre 5% et 10% et la possibilité de bénéficier de la fiscalité attractive et souple de l’assurance vie.

Nous mettons à votre service toute notre expertise afin de vous apporter un conseil adapté à votre situation et à votre profil. 

Vous souhaitez connaître les opportunités actuelles de nos partenaires : En savoir plus

Lire la suite
L’Assurance-vie : Le placement préféré des Français !

L’Assurance-vie : Le placement préféré des Français !

L’assurance-vie pèse près de 1700 milliards en France. C’est le placement préféré des français dont le succès repose principalement sur son support financier garanti et rentable, le fonds euro.

Qu’est-ce qu’une assurance-vie ?

L’assurance-vie est un dispositif d’épargne qui permet au souscripteur de se constituer un capital ou une rente, utilisable en cas de vie ou destinée à être transmise à ses héritiers.
– En cas de vie du souscripteur, il reste le bénéficiaire et titulaire des fonds et peut récupérer librement le capital et les intérêts.
– En cas de décès du souscripteur, le contrat sera dénoué et le capital et les intérêts seront transmis aux bénéficiaires de son choix.

De nos jours, l’assurance-vie est principalement utilisée pour épargner de l’argent dans l’objectif de préparer sa retraite, se constituer un capital à terme ou anticiper un projet immobilier.
Les versements peuvent être soit programmés par le souscripteur, soit intervenir librement en fonction de ses objectifs et de ses disponibilités.

Quelle est la différence entre assurance-vie et assurance décès ?

L’assurance décès permet le versement d’un capital ou d’une rente uniquement au décès du souscripteur. Le capital est versé aux bénéficiaires que l’assuré a désignés dans la clause bénéficiaire. Cette assurance est souvent souscrite pour permettre à la famille de rembourser un emprunt ou pour payer les études des enfants en cas de décès brutal de l’assuré.

Quel est l’intérêt de souscrire une assurance-vie ?

Sa force est d’offrir de multiples solutions d’investissements. Elle offre également une fiscalité très avantageuse pour la transmission de son patrimoine avec un abattement de 152 500€ par bénéficiaire sur le capital versé au décès et une taxation de 20% après abattement puis 31,25% après 700 000€. Difficile de faire mieux !

Et après 70 ans ?

L’assurance-vie reste intéressante. Le bénéficiaire est taxable selon le barème des droits de succession, non pas en fonction du capital qu’il reçoit mais en fonction des primes qui ont été versées par le souscripteur du contrat d’assurance-vie après un abattement de 30 500€. Cela signifie que les intérêts capitalisés entre la date du versement (après 70 ans) et la date du décès sont totalement exonérés.

Mon argent est-il disponible ?

Vous pouvez effectuer un rachat (retrait) partiel ou total à tout moment. Votre argent est toujours disponible. Seuls les gains (intérêts) sont imposables.
Avant 8 ans et selon la date des versements effectués sur le contrat, l’assuré pourra choisir entre 2 modes d’imposition.
Passé 8 ans, il est possible d’effectuer des retraits conséquents sans payer d’impôt (hormis les prélèvements sociaux 17,2%).

Comment fonctionne une assurance-vie ?

Il existe 2 enveloppes :

– Le fonds euros qui constitue la partie sécurisée.
– Les unités de compte qui permettent de diversifier son épargne en investissant son argent sur les marchés boursiers. Ce placement plus risqué, fait face à des fluctuations à la baisse et à la hausse.
Afin d’optimiser son rendement, il est essentiel de prévoir ce placement sur le long terme afin d’absorber les fluctuations.

Quelle stratégie de placement choisir aujourd’hui ?

Les taux d’intérêts de l’épargne règlementaire sont au plus bas (0,50% pour le livret A) et le fonds euro est bien sûr affecté par cette conjoncture.
Le taux de l’inflation 2020 est de 0,5%. Or il faut savoir que lorsque l’inflation est égale ou supérieure au taux de rendement d’un produit financier, on perd de l’argent.

Aujourd’hui, pour optimiser le rendement de son assurance-vie, il faut prendre plus de risques. Il est donc fortement recommandé de conserver 60% de son épargne sur le fonds euros et diversifier 40% de son épargne en actions internationales. C’est la nouvelle répartition gagnante qui permet d’optimiser le couple rendement-risque.

Quels sont les frais ?

– Les frais d’entrée et les frais sur versements peuvent varier de 0% à 5% selon les contrats
– Les frais de gestion sont la rémunération de l’assureur. On distingue les frais de gestion sur le fonds euro et les frais de gestion sur les unités de compte. Il faut compter en moyenne entre 0,5% à 1,5% pour les contrats en unités de compte.
– Les frais d’arbitrage : prélevés sur le montant des sommes transférées d’un fonds à l’autre peuvent aller de 0% à 1% selon les compagnies.

Comment est géré le contrat ?

Il existe 3 modes de gestion proposées par les compagnies d’assurance :

– La gestion libre : En fonction de votre profil d’investisseur, vous répartissez vous-même votre épargne sur les différents supports disponibles dans le contrat. Vous gérez votre contrat d’assurance-vie en toute liberté.
– La gestion pilotée : Vous donnez un mandat à votre courtier ou à une société de gestion pour gérer votre contrat à votre place.
– La gestion sous mandat : Vous déléguez la gestion de votre contrat à une société de gestion homologuée par la compagnie d’assurance. En fonction de votre profil d’investisseur, la société de gestion choisira les supports les plus adaptés à votre orientation.

L’assurance-vie, une épargne pour tous :

L’assurance-vie est un bon complément de l’épargne bancaire et peut-être souscrite pour un mineur. C’est particulièrement intéressant pour l’enfant car le capital placé appartient à l’enfant et est transmis hors donation. Un coup de pouce pour l’aider à financer ses études, acheter son logement ou réaliser un projet ou tout simplement démarrer dans la vie active.

Nous mettons toute notre expertise à votre service pour vous proposer la meilleure solution parmi nos partenaires.

 

Contactez-nous

Lire la suite